lundi 29 septembre 2014

Chez Margot, fer de lance de la « Bistronomie » française.


Dans la cuisine française, on distingue la gastronomie, qui implique des plats de haut niveau incluant des associations originales voire improbables et qui nécessitent que l’on prenne le temps de les déguster, et le concept de bistrot, bien moins cher qui implique une cuisine plus simple, parfois traditionnelle, qui se mange généralement lors de la pause déjeuner, assez rapidement (attention il ne s’agit pas de Fast-food !) avant de retourner au bureau.
Situé entre la place de la Bastille et l’Ile Saint Louis sur le boulevard Henri IV, Chez Margot propose un intéressant mélange entre le chic de la gastronomie et la décontraction du bistrot. De la cuisine bistronomique !

mardi 23 septembre 2014

Tout juste la moyenne pour le Zéro de conduite.


Il arrive parfois que l’on garde un souvenir négatif d’un établissement dans lequel on s’est rendu, sans vraiment pouvoir dire pourquoi, et du coup, on le catalogue dans la zone « à éviter ».  C’est ce qui m’est arrivé pour le Zéro de conduite, un bar très original du 6ème arrondissement. Je m’y étais rendu il y a une petite dizaine d’année sans en garder un souvenir impérissable. Dès lors, quand un ami m’a proposé d’y retourner pour son anniversaire, j’ai fait abstraction de mon préjugé et ai profité de cet événement pour donner une seconde chance à ce bar qui reprend le thème de l’enfance et de la bande dessinée. Bien m’en a pris puisque, lui trouvant toujours quelques défauts, cet établissement de la discrète rue Jacob est quelque peu remonté dans mon estime.

jeudi 18 septembre 2014

Tiki Pop à Branly : Sweet Home Polynesia

©Musée du Quai Branly
La mode du Tiki bat son plein en ce moment dans la Capitale. Les bars, tels que le Tiki Lounge dans le 11e, dont nous sommes clients réguliers, répondent au désir d’évasion, très parisien. Ce même désir, les américains l’ont éprouvé, mais il y a de cela presque un siècle, et ce jusque dans les années 60. Les Mers du Sud ont tout particulièrement suscité les fantasmes des navigateurs d’abord, puis ont contaminé l’imaginaire populaire d’une manière fulgurante. Le musée du Quai Branly a choisi l’été pour se pencher sur cette étonnante vogue polynésienne, dont l’immense influence n’eut d’égale que son anéantissement total dans les années 70. Enquête sur une Atlantide moderne que vous pouvez découvrir jusqu’au 28 septembre.

lundi 15 septembre 2014

La Cartoucherie de Vincennes : munitions de rêve illimitées

Vous ne connaissez peut être pas encore la Cartoucherie de Vincennes, vaste espace culturel au cœur du Bois. Nous allons remédier à cela. Si vous aimez le spectacle vivant, sous toutes ses formes, ou si vous êtes simplement curieux, la Cartoucherie est un véritable vivier pour les arts de la scène franciliens et étrangers. Ces hangars en friche, lieux de fabrication des armes et poudres de l’armée, reviennent à la vie dans les années 70 après de très longues années d’abandon. La jeune Ariane Mnouchkine, metteur en scène fantasque et ses comédiens suivant les pas de la troupe de Molière, s’installent clandestinement dans l’un des hangars, qui deviendra le Théâtre du Soleil : la légende est en marche.

jeudi 11 septembre 2014

Expo Martial Raysse au Centre Pompidou.


Il n’y a rien de pire qu’une œuvre d’art qui reste incomprise ! A part peut être une exposition dont on ne saisit pas la cohérence. Les collections d’envergure présentées dans les grands musées nationaux concernent généralement des peintres, sculpteurs ou même photographes décédés. Il y a donc parfois pour le visiteur une certaine frustration de ne pas avoir de réelle explication concernant les œuvres qu’il observe.
La rétrospective du Centre Pompidou consacrée à Martial Raysse, artiste français aux multiples facettes, a pour avantage d’avoir un sujet bien vivant. C’est un atout lorsqu’il s’agit de présenter un univers particulier que d’avoir l’artiste lui-même pour organiser et expliquer son art. Elle présente chronologiquement l’essentiel de l’œuvre du maître encore en activité et regroupe ainsi des œuvres créées entre 1960 et 2014.

jeudi 4 septembre 2014

Le Labo : le rendez-vous des « nez »ophytes de la parfumerie

©lelabofragrances
« Oh, you’re so french ! ». On vous a sans doutes fait ce commentaire en voyage, lorsque vous commandez votre plat au restaurant avec votre petit accent, ou lorsque vos hôtes remarquent chez vous une habitude typiquement française (avouez, vous râlez quand vous convertissez les euros en livres sterling). L’élégance fait aussi partie de l’image des froggies diffusée à l’étranger notamment à travers l’art de vivre épicurien qui caractérise la ville de Paris, cité où les sens sont en éveil. Mets délicats, vues à couper le souffle, et, passé l’odeur de pot d’échappement des grandes métropoles, des parfums de femmes. Oui, le parfum est l’essence invisible de la beauté. Mais pour être au summum du raffinement, les parisiennes se rendront désormais au Labo, boutique secrète des quartiers bohèmes, où l’on remonte aux sources de la grande parfumerie.

mardi 2 septembre 2014

Edito du 2 septembre 2014

We are Back in the Business !
Après des vacances bien méritées, je suis à nouveau en pleine forme pour vous raconter mes expériences et partager mes bonnes et parfois moins bonnes adresses parisiennes.
En parlant de mauvaise adresse, une « crêperie » du Cour Saint Emilion dans le 12ème arrondissement de Paris a fait le buzz à la suite d’un article paru sur le site du Figaro la présentant comme le pire restaurant de Paris. Le testeur s’était rendu sur place après avoir constaté qu’il s’agissait de l’établissement le moins bien noté sur un site de tourisme comparatif. C’est un endroit que je n’ai pas fréquenté, cependant  j’ai l’impression qu’il n’a rien à envier à certains restaurants du quartier latin ou de Montmartre…

Contrairement à ce que j’ai pu vous dire dans l’édito de septembre de l’année dernière, il semblerait qu’il faille un peu plus d’une année pour que la fronde contre la fameuse réforme des rythmes scolaires se calme. Il faut dire que cette fois l’expérimentation est terminée, tout le monde s’y met.

La rentrée c’est aussi le lancement de la cinquième édition des Golden Blog Awards à laquelle le blog participera. Je vous tiendrai au courant le moment venu et je compte plus que jamais sur vous, fidèles lecteurs, pour soutenir Parisian Walkways en votant et nous propulser ainsi jusqu’en finale.

A la fin du mois, le blog fêtera également ses deux ans d’existence. Je vous solliciterai à nouveau dans le cadre d’un petit événement original. Mais chut… Vous en saurez plus début octobre.

Excellente lecture et à bientôt.


Guillaume