lundi 17 mars 2014

Le Maria Loca, le petit écrin dépaysant du Boulevard Henri IV

             Qui, en prenant un verre sur une terrasse n'a jamais pensé au fond de lui même : "on plaque tout et on ouvre notre propre bar" ? Peut être pas vous, mais c'est un chemin de vie que plus d'un rêverait d'emprunter aujourd'hui. Une nouvelle adresse près de Bastille nous fait de l'œil depuis quelques mois. Ce bar à cocktails est tenu par un groupe d'amis qui, justement, a sauté le pas pour fondre dans un même creuset leurs souvenirs de voyages et leurs découvertes gustatives dans un lieu qui leur ressemble. Il est très discret sur le Boulevard Henri IV, et son nom chante à nos oreilles : Maria Loca.


            Nous n'avons pas croisé Maria, mais la carte est, quant à elle, résolument « loca », imaginative, joyeuse, et pleine de surprise. Pas question de boire un vulgaire Mojito ici, vous n'en trouverez pas d'ailleurs. Nous avons le choix, difficile, entre de nombreuses créations aux ingrédients inattendus, telle que la Torta de Limao, fraîche et onctueuse comme la pâtisserie de notre enfance, mais piquante, et addictive à base de cachaça, Ananas, sirop de vanille, citron et jaune d’œuf. On s’essaie aussi à la Pina de Maria, une déclinaison très sympathique de la Pina Colada avec notamment de la fève tonka. Fruits frais, alcools lointains et épices sont les garants d'un vrai moment de délice. Les cocktails non alcoolisés ne sont pas négligés, bien au contraire. Ils ont eux aussi une place conséquente sur la carte et enivrent autant que les autres par leur parfum gourmand. Nous avons testé l’Andy’s Deligth, un petit bonbon à base citronnelle, de citron, de blanc d’œuf, d’ananas, de vanille et de fruit rouge.

Entre cocktails très originaux et dégustations d'alcools forts, le dépaysement est garanti.


 
            Le point le plus intéressant de la carte, pour les fins connaisseurs ou les aventuriers du goût, est la longue liste de Rhums, Cachaça et Whisky ramenés d'expédition diverses, qu'il vous sera possible de déguster. La très bonne formule se nomme le « Flight to ». Pour 15 ou 25 euros, vous pourrez voyager vers les Caraïbes, le Brésil ou le Sud des Etats unis et assouvir votre curiosité en découvrant 3 ou 6 alcools différents parmi ceux précités. Enfin, comble de l’originalité, vous pourrez vous rincer le palais avec un drôle de breuvage, de l'eau au concombre : malgré ses vertus hydratantes, Guillaume a fait la grimace !

            Et le bar en lui même ? Oh, tout à fait charmant. L'odeur de citron vert nous assaille, au cœur d'un lieu décontracté et élégant à la fois. Les teintes de bois sombre et de vert amande rendent l’ensemble très doux, la baie vitrée qui nimbe les clients de lumière créent l'atmosphère de base. A la nuit tombée, un éclairage doré prolonge le crépuscule. Sur les chaises en bois et les canapés en cuir, les générations se croisent, sans que le lieu ne se transforme en capharnaüm. A l'image des patrons, le bar est très accueillant : on se tutoie au comptoir, et l'on se sent à l'aise avec tout le monde. Le pari est réussi, c'est le juste équilibre. Vivant mais pas bruyant. On se sent bien, et on a faim : on peut commander si l'on veut de délicieux pâtés basques accompagné de pain, entre autres plats sains en petite portions. Quelques desserts peuvent conclure un repas léger et "goûtu", même si le bar ne se revendique pas comme restaurant.

Le Maria Loca est un endroit raffiné, où l'accent est porté sur l'essentiel : la qualité des produits et de l'accueil. Même si les cocktails sont un peu chers, environ 12 euros, et sans happy hours, l’originalité des créations et le cadre suffisent à justifier notre présence. Un apéro prolongé peut être le moment idéal pour découvrir ce lieu. Moi j'y retournerai, on s'y croisera peut être...


Margot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire