vendredi 18 décembre 2015

La mode retrouvée au Palais Galliera, ou comment tomber amoureux d'une comtesse


Comme vous le savez peut-être, je suis étudiante en arts du spectacle. Ces études me permettent de faire de nombreuses sorties, telles qu'assister à des représentations au théâtre, à des rencontres avec des artistes, à des festivals... Mais aussi visiter les musées. Cette année, un cours sur le costume de scène m'a amenée à aller voir une exposition... de haute couture ! Oui, je n'aurai pas pensé mettre de si tôt les pieds au Musée Galliera. La mode retrouvée, les robes trésors de la Comtesse Greffulhe (prononcer "Gréfeuille") a été pour moi une source d'émerveillement total. D'abord la découverte du Palais Galliera, écrin au cœur d'un jardin du seizième, puis le bijou qu'est cette collection de robes créées pour cette femme d'exception qui vous est proposée jusqu'au 20 mars 2016

mardi 15 décembre 2015

King George, un french pub qui fait tourner la tête.


Ma première visite au King Georges, anciennement Saint Georges Tavern puis Mad King Georgesème arrondissement.
, remonte à la Saint Patrick 2010. J’en garde comme souvenir un sympathique T-Shirt à l’effigie d’une marque de bière irlandaise à fort goût de café… En 2013, je suis retourné dans cet établissement à l’occasion improbable mais fort intéressante d’un vin d’honneur (renommé bière d’honneur pour l’occasion) consécutif à une cérémonie de mariage. Enfin, ma dernière expérience au King Georges date d’il y a quelques semaines, lors d’une réunion mémorable entre amis, qui m’a surtout laissé un beau mal de tête. Bref, il se passe toujours quelque chose lorsque l’on passe la soirée dans ce pub français du 9ème arrondissement.

jeudi 10 décembre 2015

Michael Hirsch : « Pourquoi » ne pas essayer une autre forme d'humour ?

Le temps est au réconfort. Tout est bon : expos, verres en terrasse et concerts nous ramènent à la vie culturelle parisienne, qu'il ne faut pas laisser se faner. Les spectacles en particulier ont pâti de l'état d'urgence, car beaucoup ont voulu rester au chaud, et prendre le moins de risque possible. C'est donc avec un sentiment de fin d'"hibernation" que je me suis rendue au Studio Hébertot afin d'assister au One-man-show de Michaël Hirsch, un artiste qui monte. Découverte d'un lieu charmant, mais surtout d'un véritable bijou d'humour, sobrement intitulé "Pourquoi ?", qui s'y joue jusqu'au 3 janvier, le samedi à 17h, et le dimanche à 19h.

lundi 7 décembre 2015

Edito du 7 décembre 2015


Le mois de décembre est déjà bien entamé, les décorations de noël sont installées depuis la mi novembre et pourtant j’ai l’impression que cette année il ne se passe pas grand-chose. Peut est-ce du au 'spleen' post attentat ou aux élections régionales, mais les fêtes de fin d’année sont encore bien loin dans l’esprit des gens…

Le 10 novembre dernier se tenait la 6ème cérémonie des Golden Blog Awards. Je ne reviendrai pas dessus car il s’y passe la même chose chaque année. En revanche j’attire votre attention sur un article publié dans le blog Janis en Sucre et qui décrit plutôt bien, exemples à l’appui, ce que beaucoup de blogueurs pensent des GBA et de leur mode de fonctionnement particulièrement opaque.

Je profite aussi de cet édito pour vous parler de Michael Hirsch, un jeune humoriste plein de talent que j’ai eu l’occasion de voir sur scène dernièrement à l'occasion de son spectacle Pourquoi ?. A mi chemin entre Raymond Devos et Stéphane de Groodt, il distille ses mots d’esprit avec intelligence et précision pour le bonheur des spectateurs du Studio Hébertot. Je n’en dis pas trop car un article vous donnera plus de détails très prochainement.

Le blog ralentit habituellement son activité au mois de décembre, mais j’ai tout de même encore quelques articles à vous soumettre d’ici la fin de l’année. Passez d’excellentes fêtes !


Guillaume

jeudi 3 décembre 2015

Les estampes au Petit Palais : une double expo inégale mais divertissante (2)


Que nous réserve la deuxième partie de l'exposition ? Retour au Petit Palais. Forte de la première partie de l'exposition "Fantastique ! L'estampe visionnaire", où j'étais repue de couleurs et d'énergie nippone, j'abordais la partie consacrée aux estampes romantiques avec impatience : j'étais au départ venue pour cela ! Cette deuxième partie de l'exposition consacrée aux estampes fantastiques européennes est organisée de la même manière que la section Kuniyoshi.