mardi 26 février 2013

Entretien avec Lea Loopa, petite boule d’énergie, danseuse à l’Ecole des filles de joie.


            Lea Loopa, danseuse de l’Ecole des Filles de joie a accepté de nous rencontrer afin d’évoquer son expérience dans le milieu du burlesque.
Elle a commencé à suivre les cours de l’école il y a deux ans, après avoir vu le film Tournée de Mathieu Almaric, sorte de road movie  racontant la tournée d’une troupe de danseuse burlesque à travers la France. Le burlesque, pratique jusqu’à lors restée discrète, est ainsi projetée sur le devant de la scène en 2010 avec notamment, en point d’orgue, une montée des marches du Festival de Cannes par l’équipe du film qui restera comme l’une des plus glamour de ces dernières années. De nombreux reportages à la télévision ou dans les magasines sont depuis consacrés à cet art que l’on peut placer à mi chemin entre le cabaret et le striptease. Le burlesque est indéniablement une pratique « undergound » à la mode et de là à monter sur scène pour s’effeuiller il n’y a qu’un pas mais celui-ci n’est pas évident à franchir. Léa, elle, n’a pas eu ce problème. Issue d’une famille proche du milieu artistique, elle pratique très régulièrement le théâtre, le dessin et la danse. Bien dans sa tête et dans son corps, la nudité ne lui a jamais vraiment posé de soucis.

samedi 23 février 2013

Une leçon d'amour à l’École des Filles de Joie


         Ouvrez un magazine, que voyez-vous ? Une silhouette de papier glacé longiligne et à la moue stupide qui porte des vêtements hors de prix. Ouvrez votre porte sur la rue, que voyez-vous ? Une superbe fille dont le visage est parfois triste. Pourquoi le serait-elle d'après vous ? Peut être à cause de ce plat fantasme de la féminité qui la dévisage et semble lui reprocher de ne pas lui ressembler. Trouvez-vous cela normal ?           
Il est temps de changer de regard sur soi, Mesdames, Mesdemoiselles, et aussi Messieurs. Le rêve n'est pas dans les revues de mode mais caché sous les jeans, les jupes et les manteaux que vous frôlez tous les jours inconsciemment. Les vraies beautés sont présentes au quotidien dans le sourire et la démarche de n'importe quelle femme. On a tendance à l'oublier. L’École des Filles de Joies est là pour nous le rappeler.

mardi 19 février 2013

Petite soirée "cosy" au bar de l'Hôtel du Louvre


          Les bars présents dans les hôtels sont rarement des endroits où l’on décide spontanément d’aller prendre un verre. A l’exception des grands palaces comme le Crillon, le Royal Monceau ou encore le Plazza-Athénée, qui sont globalement connus et reconnus comme ceux dans lesquels on peut boire les meilleurs cocktails, et aussi les plus chers, ces bars ne présentent, au premier abord, que peu d’intérêt si l’on n’est pas client de l’hôtel. Toutefois, lorsqu’un ami vous propose d’aller prendre, à ses frais, une coupe de Champagne au bar de l’Hôtel du Louvre en face de la Comédie française, on se laisse volontiers tenter par l’expérience.

mardi 12 février 2013

Déplaçons nous vers ou dans Paris : quelques mots sur les transports en commun


          Cela n’aura échappé à personne, la tendance actuelle à Paris est d’éviter de prendre sa voiture. Le Maire de Paris ainsi que ses conseillers cherchent par tous moyens à diminuer la circulation dans la capitale au profit des piétons, des vélos et des transports en commun. Depuis l’élection de Bertrand Delanoé ont été crées les couloirs de Bus, les vélib, les noctiliens, les autolibs… Le dernier projet consiste à interdire l’accès aux voies sur berges de la rive gauche à tous les véhicules à moteur. Et si certaines choses ont été faites pour les automobilistes, comme le partage des certaines places de parking destinées aux livraisons (voir l’article qui y est consacré sur ce blog), la volonté est clairement d’inciter les parisiens, ainsi que les banlieusards passant par Paris, à laisser leur véhicule à la maison.
En conséquence, pour ceux qui ne disposent pas de véhicule, ou ne souhaitent pas l'utiliser, la ville de Paris propose un certain nombre de transports en commun.
Et parce que prévoir une sortie implique également de prévoir un déplacement, Parisian Walkways vous propose une sorte de revue d’effectif sur les possibilités écologiques, donc chics, qui vous sont offertes.


dimanche 10 février 2013

Délices et lumières des Mille et Une Nuits à l'Institut du Monde Arabe


         Connaissez-vous l'univers des Mille et Unes Nuits, et la Princesse Shéhérazade ? Beaucoup en ont entendu parler, mais peu ont conscience des origines ancestrales de cette œuvre fondatrice et les inspirations innombrables qu'elle a engendrées. A travers une scénographie enchanteresse, et jusqu'à la fin du mois d'avril, l'Institut du Monde Arabe nous éclaire de sa lampe magique sur sa naissance, et nous ouvre sur un monde sans fin, source de rêve aujourd'hui encore.

mardi 5 février 2013

L’Union soviétique au pied de la butte Montmartre.


        De manière générale, lorsque je « sélectionne » un bar ou un restaurant que je souhaite tester, je prends soin de me renseigner au préalable en consultant différents avis ou informations sur l’établissement en question auprès de sites internet qui l’évoquent. A partir de cette mini-enquête, je décide de m’y rendre ou non. La rédaction d’un article est totalement secondaire puisque certains lieux bien que sympathiques ne me donnent pas automatiquement envie de les évoquer sur le blog.
Ces diverses informations nécessitent parfois d’être prises avec une certaine prudence. En effet les appréciations des uns et des autres peuvent varier en fonction du moment précis où l’on se rend au lieu en question, voire même des perceptions parfois subjectives de chacun.

C’est ce qu’il s’est passé pour un bar découvert récemment avec des amis. Cet établissement situé rue André Antoine dans le 18ème arrondissement, au pied de la butte Montmartre, constituait, de l’avis d’un grand nombre d’internaute, un lieu très intéressant mais était dirigé par des gens forts désagréables. J’avais, à ce titre, prévenu mes amis à ce sujet et au final personne ne s’est plaint du service, bien au contraire.

vendredi 1 février 2013

Edito du 1er février 2013


           La nouvelle année est maintenant bien lancée, j’espère que vous avez profité au mieux du sympathique épisode neigeux qui a touché Paris et sa banlieue au cours du mois de janvier. Je sais que certains se sont amusés à faire du ski et de la luge aux Buttes Chaumont…  Dommage que la Mairie de Paris ait préféré fermer la plupart des jardins, ils auraient pu constituer des aires de jeu exceptionnelles sans danger pour les enfants.

Pour ma part je me suis contenté d’une session Rallye de Finlande en plein Val d’Oise. Le Sebastien Loeb qui est en moi s’est vraiment fait plaisir.
Les automobilistes ont peut être été attirés par la fermeture, depuis lundi dernier, des voies sur berges de la rive gauche. Des travaux sont actuellement en cours et devraient laisser place à une jolie promenade entre le Musée d’Orsay et le Musée du Quai Branly. Personnellement j’ai emprunté deux fois ces voies rapides en dix ans mais je compatis à l’embarras de ceux qui devront désormais se contenter des quais.

Puisque les voitures sont de moins en moins bienvenues dans Paris, Parisian Walkways vous proposera, très prochainement, un article sur les transports en commun mis à votre disposition pour vos sorties.
Le mois de février me permettra également de vous parler d’un spectacle à la mode, la danse burlesque. J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec une jeune femme qui pratique cette danse et qui partagera avec nous sa passion.

Comme toujours n’hésitez pas à commenter les articles pour y apporter des infos ou simplement votre avis sur le sujet. La page facebook du blog fonctionne bien, elle améliore un peu la visibilité du blog sur les réseaux sociaux. Pensez à « liker » la page pour être directement tenu informé de l’actualité de la page et du blog.

Guillaume